19/10/2016 – Les Estustes et les haricots d’Ambialet

      Commentaires fermés sur 19/10/2016 – Les Estustes et les haricots d’Ambialet

Mercredi 19 octobre .La météo albigeoise prévoit un après midi souvent gris  et parfois  ensoleillé . La température  doit plafonner  à 16 degrés .

Il fait assez frais (13°)  place Fernand Pelloutier . Les cyclottes  ont revêtu la longue tenue alors que la plupart des hommes laissent  encore leurs  gambettes à  l’air tout en protégeant  fortement leur haut de  corps. « J’ai  mis la polaire» nous confie Alain ? l’un des  Figaro du club.

Nous  sommes  nombreux sur la place mais, surprise  et  déception,  les Tamalous sont absents. Ont ils été rebutés par la météo ? Que  nenni !.

En fait, ils se  sont organisés plus tôt  pour rejoindre Ambialet et ont bravement accepté  d’y  faire  halte pour  déguster les  célébrissimes  haricots à l’albigeoise ( sauf erreur de ma part) .Cocos ou lingots, saucisse de Toulouse, couennes ou pied  de  cochon ou tranche  de lard, carotte, ognon, céleri, tomates  et graisse  de  canard…que ne  donnerais je  pour  une  sortie de  ce  genre avec les Tamalous !

Alain et Claude assurent ensemble le  capitanat  de  notre  groupe 3. Alain , à la  tête du peloton de 21 cyclos relativement disciplinés , Claude en serre- file et pédagogue avertie envers tout le  groupe et ses deux  nouveaux membres . Bienvenue à eux .

Tout  fonctionne parfaitement sur le parcours . Albi, Marssac, l’habituelle petite route rejoignant les  bas  de Senouillac et le chemin de Toulze, la côte de la  route  de Vors , et finalement une descente  boisée  vers Lisle  sur Tarn  après avoir traversé la route  de Caussade  et retour . Bien sur, on parle cèpes , absence de  cèpes plutôt .

Arrêt à Lisle. Hubert ? m’explique  son périple vers Saint Jacques de  Compostelle .Auparavant, Jacky D m’avait explicité quelques subtiles hostilités  associatives internes  au rugby albigeois avant d’évoquer la  venue d’Oyonnax. Octave N m’a rappelé les noms de quelques amis communs .Gérard C a vanté les mérites d’un ostéopathe . On a  aussi parlé du bouquin de François Langlet « tant pis, nos  enfants paieront » . Claude L m’a conté la  venue  des  cyclos albigeois  à Dijon, à la semaine  fédérale .« Y ‘a pas photo, on a été nettement meilleurs ! » .

Alain nous fait découvrir, sur le  retour, la  passerelle pédestre  et  cyclo des Estrusdes de Lagrave . Bel ouvrage de 85 mètres de long,  en aluminium couleur brique, soutenue par 2 piles de 18 mètres de hauteur sur des fondations par micro pieux de 15 mètres. Elle permet de  franchir le saut du Bruc et de relier au  centre du village les nouveaux quartiers  résidentiels .Sans voiture !

Mieux vaut Tarn que jamais, ce projet a  été initié en ….1904. .

Allez, vive le vélo !