Annonces

annonces-velo-occasion-vetements-cycliste.

Pas de catégorie trouvée.


annonces-velo-occasion-vetements-cycliste

annonces-

lien

lien  velo-occasion-vetements-cycliste

annonces-velo-occasion-vetements-cycliste

 

ÉDITORIAL
« Merci, mille mercis !! »
« Merci les bénévoles » « Merci à tous » « Vous faites un
travail remarquable »  » Tout est parfait » « Superbe organisation ».
Combien de fois, durant cette folle semaine, avons-nous
entendu ces paroles sincères, gratifiantes et empreintes d’une
certaine forme d’empathie à l’égard de tous les bénévoles de la
semaine fédérale. A l’instar de ces deux femmes volant à mon
secours face à ce vociférateur invétéré que je n’entendais déjà
plus ; me laissant coi, un sourire amusé et bienveillant au coin
des lèvres, en les regardant prendre ma défense. Combien
d’anecdotes à raconter qu’un seul livre n’y suffirait pas.
La France entière a défilé devant nous sans nul besoin
de nous déplacer ; les maillots représentatifs des clubs nous
avertissant en amont, de la région d’appartenance des cyclos,
aiguisant par avance notre ouïe, du reste mal préparée à la
sonorité de certains phonèmes parfois bien marqués.
Être attentif aux autres et aux conditions dans lesquelles
ils ont vécu cette semaine détourne de soi et de ses
préoccupations personnelles. On y perd de son individualité, en
quelque sorte, en devenant nous-mêmes acteur et non
spectateur. Et si nous craignions d’avoir perdu notre temps,
rassurons-nous, nous avons acquis une expérience
irremplaçable et, oserais-je rajouter, enviable. « Merci, mille
mercis !!

Escapade sur la voie Verte (Claude Leplus)
Chevauchant nos montures spéciales chemin nous nous sommes élancés tous les six sur la voie
verte pour rejoindre Labastide-Rouairoux où d’un commun accord nous avons fait une sortie pour
prendre un café.
Ragaillardis, nous avons continué pour arriver à Olargues à l’heure du déjeuner. Après la visite
du village médiéval c’est en fin d’après-midi que nous nous sommes désaltérés à Bédarieux puis
nous sommes revenus sur Mons-la-Trivalle où se trouvait notre hébergement.
Le lendemain nous avons découvert les gorges d’Héric avant de terminer le trajet inverse dans
la bonne humeur qui ne nous a pas quittés durant tout notre périple de 150 km.
(Claude LEPLUS)